Des parents témoignent …

Christelle (2017)

« Une bouffée d’air dans le quotidien ».  

« Cette journée de stage « enfant parfait, parent libre » m’a beaucoup apportée sur le plan personnel. C’est une journée très complémentaire au stage Vivre en Famille que j’avais fait quelques mois auparavant.

La prise de recul et l’approfondissement du travail sur moi ont été pour moi vraiment bénéfiques pour mieux comprendre et anticiper mes réactions et mon approche au quotidien avec mes enfants.

Sans compter des échanges, des partages d’expériences  et une ambiance toujours aussi chaleureuse qui ont rendu cette journée encore plus agréable, une bouffée d’air dans le quotidien. A quand le prochain stage? »  

Marie (2017)

« Je me sens re-connue et re-connectée à moi-même ».

« Après cette journée autour de « l’enfant parfait », je me sens plus sereine, j’ai le sentiment de voir plus clair en moi et de mieux reconnaître mes besoins. Je me sens re-connue et re-connectée à moi-même. 

Je me sens du coup pleine de gratitude envers le groupe. Et je veux te remercier Catherine de rendre cela possible. Je vois l’énergie que tu mets pour nous permettre de vivre ce moment de qualité alors je souhaite te témoigner ma joie d’avoir fait ta rencontre qui est pour moi une source d’inspiration et de créativité ! 

Merci pour ton dynamisme et ton humour, merci de ton écoute empathique et bienveillante, personnellement elle m’aide à accompagner « mon enfant parfait » et à trouver la ressource en moi pour -de plus en plus souvent- me permettre de lui dire : c’est pas si grave car je t’aime ! » 

Sarah (2017)

« C’est la transformation à la maison. Je prends ma place, je persévère, j’ose ! ».

« Le groupe m’a tellement apporté ! Je ne pensais pas que c’était possible de parler, de m’ouvrir ; et cette bienveillance, ce non jugement m’ont permis de me libérer.

Je ne pensais pas que j’en avais autant besoin, que mes cicatrices n’étaient pas complètement refermées… ça m’a chamboulée, mais c’est très positif.

Je suis plus à l’écoute de ma fille, il y a plus de fusion, alors qu’elle était plus en demande de son papa. Et c’est parce qu’elle me fait plus confiance. Parce que je me fais plus confiance.
Parce que je ne me mets plus en colère aussi : je minimisais ma colère.

Et j’ai pris conscience ici que j’avais peur de créer un lien avec ma fille, de peur de lui faire du mal, de peur de moi et de mes colères, et que je ne poussais pas trop la relation… C’est énorme.

La relation avec ma fille a beaucoup changé ! J’ai énormément changé.
Je suis libérée, une grosse boule à l’estomac est partie, et je suis plus en confiance, moins dans le contrôle. Je prends ma place, je persévère, j’ose ! 

C’est la transformation à la maison. Et nous sommes encore plus complices, moi, mon mari et ma fille.
C’est mon amie qui m’a poussée à venir à ces ateliers… Merci à elle, ça a changé ma vie ».

Marie Charlotte (2017)

« Ces ateliers constituent vraiment une riche expérience ».

« Ces ateliers constituent vraiment une riche expérience en tant  que mère, en tant que femme et en tant qu’être humain tout simplement. 

Ils apportent des réponses et soulèvent à chaque fois tellement de questions passionnantes pour mieux se connaître et mieux connaître et accompagner son enfant.

Un climat de confiance s’est rapidement créé et les échanges avec le groupe ont joué un rôle important pour me permettre d’avancer.

Grâce à ce qu’on a vu en atelier et que j’ai mis en pratique au quotidien, j‘ai rapidement constaté 2 améliorations notables dans les relations avec ma fille:

– le coucher qui était si long et fastidieux est devenu beaucoup plus facile et agréable depuis que je prends un vrai temps de qualité avec elle.

– la gestion de ses émotions est plus facile pour moi depuis que je les comprends mieux. Les colères durent moins longtemps et je sais mieux les gérer. De plus, on a appris toutes les 2 à les décrire avec des sensations, des couleurs, des formes… ce qui aide vraiment à l’accompagnement.

Alors merci beaucoup ! Merci pour ton écoute, ta bienveillance, ton énergie et ta simplicité qui ont donné le ton et toute la chaleur de ces ateliers ».

Marion (2017)

« Je me sens plus libre, plus apaisée, plus centrée sur moi »

« En commençant ces ateliers, je me sentais un peu perdue, dans les extrêmes, sur des montagnes russes. Je ne supportais pas les demandes incessantes de mon enfant.

Les ateliers m’ont permis de sortir de ma bulle, de décharger, de m’ouvrir, de regarder à l’intérieur de moi …
Je comprends mieux mon enfant aujourd’hui, je parviens davantage à rentrer dans un jeu, et très vite, il sort de son émotion difficile et la fait évoluer en joie.
Et puis, ça m’étonne qu’il me parle autant. Je ne parlais pas autant moi enfant !

Je me sens plus libre, plus apaisée, plus centrée sur moi ; et mon fils aussi du coup.
J’accepte plus ses émotions : j’ai su lors de ses colères le laisser décharger, le mettre en sécurité, le prendre dans mes bras, et on a continué la journée tranquillement … c’est nouveau.
J’accepte plus mes émotions aussi. Je me sens plus stable.

Les réactions de mon conjoint me stressent encore, et nous allons en parler, pour continuer à faire évoluer la parentalité à deux. »

Maryline (2017)

« J’avais mis la barre trop haute : c’était insurmontable »

« Je faisais déjà beaucoup de choses avec mon enfant de manière intuitive, ce travail m’a confortée, rassurée.

C’est finalement la relation que j’ai avec moi-même qui a évolué au fil des mois.
Je me trouve moins critique vis-à-vis de moi-même : le dialogue intérieur s’apaise.
Et je suis moins dans le contrôle, je me donne plus le droit à l’erreur.
J’ai observé ici que j’avais l’impression que j’allais devenir maltraitante au moindre faux pas, et que j’avais mis la barre trop haute : c’était même insurmontable !

Dans nos échanges entre parents, nous avons relativisé : Je suis humaine, et les émotions sont normales.
Du coup, mon fils est plus cool car il reçoit moins de tension.

Mon fils m’a révélée. Il me guide.
Mais toute la bienveillance avec laquelle je l’accompagne, j’aimerais maintenant l’offrir à d’autres, et à moi-même.
Alors j’ai décidé de le faire garder davantage, de prendre des temps avec mon compagnon. Et les temps avec mon fils seront encore plus qualitatifs du fait que j’aurais pris du temps pour moi. »

Élisabeth (6 mois après les ateliers)

« Un grand pas en avant et une belle preuve d’amour »

« Encore un grand merci pour tes ateliers qui nous ont permis de nous poser les bonnes questions et d’y répondre avec nos mots a nous, avec notre sensibilité afin de conforter l’éducation que nous souhaitions donner a nos enfants.

Nous ne sommes pas des parents parfaits, mais au moins nous avons montré que nous étions capables de nous remettre en question et c’est déjà un grand pas en avant et une belle preuve d’amour.

Bonne continuation a toi et longue vie a tes ateliers ! »

Aymeric (2016)

« Je veux vivre pleinement ma vie de famille »

« A la fin de ce stage, le mot qui me vient, c’est: « Vivre ! ». Je veux vivre pleinement ma vie de famille.

J’ai été très touché par les témoignages concernant la violence sur les enfants. Ils m’ont permis de voir que mes parents ont fait des choses pas si mal et que je ne suis pas tout à fait sur la bonne piste avec mes enfants : je suis plus exigent qu’ils ne l’étaient.

Je vais essayer d’ouvrir plus les oreilles et c’est un gros travail concernant mes réactions trop vives: d’ailleurs, mon aîné a du mal avec ça. Et d’ouvrir plus mon cœur à leurs attentes. J’ai peur de lâcher : je vais faire des tests, essayer de donner plus de liberté.

Et puis, il faut vraiment qu’on trouve des moments de partages avec mon épouse. Pour parler de la famille. Ces discussions me gênent souvent. J’ai du mal à donner mon avis, à m’affirmer !

Merci pour ce week-end ! »

Alain (2016)

« Les ateliers m’ont apporté un autre regard sur ma vie »

« Je ressens une grande évolution, je gère mieux mon stress, ma fatigue aussi, et c’était mon objectif. Je me sens moins agressif et c’est mieux pour tout le monde : quand je sens monter ces sensations d’oppression encrées et qui reviennent au galop, je sors, et ça redescend.

J’essaye d’écouter mes enfants sans interpréter, de leur faire plus confiance, de leur faire plus de compliments. Quand ils se font mal par exemple, au lieu de leur faire des reproches, je leur fais des câlins …

Les ateliers m’ont apporté un autre regard sur ma vie : je prends conscience de ce qui est vraiment important. »

Elise (2016)

« J’aime la puissance de ce soutien entre parents »

« J’aime la puissance de ce soutien entre parents : c’est du temps pour poser les choses, voir ce qui fait encore mal, faire un état des lieux, voir ce qui va mieux aussi.

Alors que j’ai toujours plein d’idées d’activités pour mes enfants, instruits en famille, mon objectif est de me rebrancher sur ma propre créativité et de gérer mieux mon temps« 

Clémentine (2016)

« J’ai beaucoup apprécié tous ces échanges si authentiques »

« Ce week-end, j’ai fait la rencontre de bien belles personnes, et j’ai beaucoup apprécié tous ces échanges si authentiques. Merci !

J’ai identifié que je n’arrive pas à écouter mon mari, et je repars avec cet objectif de décharger mes sentiments avant, puis d’aller l’écouter vraiment.

Pour ma famille, je vais essayer d’être au clair concernant les écrans. J’ai encore besoin d’explorer… »

Isabelle (2016)

« Ça m’a donné de l’espoir ! »

« Avec mon petit garçon qui est encore très jeune, j’essaye d’être dans une relation bienveillante. Même s’il y a des moments difficiles, comme quand je suis fatiguée. Il a fait sa première crise de rage il y a un mois, j’ai pu me dire de ne pas m’énerver et de rester à son écoute : ce n’est pas évident émotionnellement.

Le vrai enjeu, c’est par rapport à mon conjoint. J’ai beaucoup bougé: dans ces ateliers, dans mon travail, et mon conjoint n’a pas vécu tout cela. Nous avons des divergences d’opinions. Je réalise qu’il faut que je dise plus ce que je pense, que je l’écoute plus aussi, et qu’il nous faut prendre du temps pour parler, et pas devant notre enfant. Comme lors de nos rendez-vous d’écoute pas toujours faciles à caler mais qui apportent beaucoup.

C’est fort ce qu’on a vécu ici : les enfants des parents de ce groupe avaient des âges différents, mais c’est fou comme les situations se ressemblent. Ca m’a donné de l’espoir ! »

Élisabeth (2016)

« Maintenant, j’ai plus d’autorité car je m’affirme »

« J’ai appris à écouter mes enfants, à accepter leur silence. Aujourd’hui, quand j’écoute mon fils, il me parle beaucoup plus. Au fil de ces derniers mois, j’ai appris à écouter l’aînée décharger, et aujourd’hui, elle en a moins besoin, comme si le trop plein était sorti.

Mon fils est rentré dans une dynamique d’apprentissage : j’ai pu exprimer mes attentes, ma peur qu’il ne trouve pas sa place dans la société aussi. Il a besoin de temps pour expérimenter.

Avant je voulais que les enfants m’obéissent, maintenant, j’ai plus d’autorité car je m’affirme : je leur explique, ils m’écoutent.

Le groupe m’a beaucoup apporté. Et le vivre en couple était super. C’était un temps pour moi, une possibilité de remettre en question mon éducation et ce que je faisais avec mes enfants.
Et j’ai aussi vu qu’il y a beaucoup de choses que l’on fait bien : j’ai regagné de la confiance en moi. »

Audrey (2016)

« Je suis la femme, la maman et l’épouse que je voulais être »

« J’ai constaté un jour que j’étais devenue exactement la maman que je ne voulais surtout pas être : mes enfants avaient peur de moi : la fatigue, le stress, l’isolement ; malgré toutes les explications possible, mon mari et moi ne supportions plus ça, nous n’étions pas en accord avec nous-même, ce n’est pas cette relation que nous voulions avec nos enfants. Aujourd’hui tout cela est fini.

Il n’y a plus aucune violence physique ni aucune punition dans notre foyer. Je pose des règles, j’en explique le sens et les conséquences. J’ai appris l’écoute, celle avec le cœur, être à l’écoute de soi et ceux qu’on aime est la clé !

Mon mari n’a pas vécu le cycle d’ateliers mais m’a suivi dans cette belle aventure via nos échanges : désormais notre réflexe est de chercher les besoins et/ou accompagner les émotions. Il y a encore des moments où la colère nous emporte et nous crions des ordres, mais c’est rare… j’en prends conscience lorsque cela se produit et je me reprends et m’explique : ce qui répare tout le monde et apprends à nos enfants que nous aussi on fait des erreurs. En outre, il y a moins de télé et plus de jeux.

Les couchers étaient un gros problème pour nous, ils n’en sont plus : ils sont nettement moins longs, et surtout ils sont devenus des temps de câlins, de gratitude, d’accompagnement en douceur. L’occasion  quelque fois de dire à l’un des enfants : « je ne suis pas contente de ce que j’ai fait toute à l’heure et toi qu’en penses tu ?» . C’est un temps de partage véritable. Et on se bataille presque avec mon mari pour les coucher !

Aujourd’hui je suis choquée, j’ai mal au ventre quand je vois des enfants qui sont punis ou tapés, c’est dur ; je suis déchirée de peine lorsque je vois les gens faire seulement ce que moi je faisais avant ! car maintenant je me mets à la place de l’enfant !

J’ai appris à lâcher prise, j’ai compris que je fais de mon mieux avec mes enfants que c’est bien là l’essentiel il n’y a pas de parent parfait. Ce qui m’est encore difficile c’est d’arrêter d’essayer de changer les autres, je travaille à faire passer le message par l’exemple plus que par des conseils.

Toute ces prises de consciences et ces changements c’est un gros travail qui touche un peu tout à la fois dans notre vie. Une longue et difficile déconstruction qui m’a déstabilisée et qui m’a beaucoup fait grandir aussi.

Ma nouvelle priorité : retrouver la complicité de mon couple. La communication est la clé pour ça, décrire mes émotions et mes besoins sont en train de remplacer agressivité et reproches. Maintenant, je sais décharger le trop plein d’émotion en séances d’écoute, j’étends mon réseau, mon entourage avec des personnes qui voient les choses comme nous, cela nous aide beaucoup.

Aujourd’hui, 4 mois après la fin des ateliers et après un vrai travail personnel, je suis la femme, la maman et l’épouse que je voulais être alors que je ne croyais pas cela possible, la plus belle reconnaissance vient de mon entourage qui ne cesse de me répéter ces derniers jours : que vous avez changés, on vous sent apaisés. »

Carolyn (2016)

« Nous avons partagé des choses qu’on ne lit pas dans les livres »

« La relation à mes enfants a évolué très positivement. J’ai réalisé  que j’avais besoin de prendre des vrais temps avec mes enfants : j’étais comme bloquée, j’ai repris du plaisir, j’ai rejoué. … et aujourd’hui quand je prends du temps avec eux, j’en profite pleinement.

Dans ces ateliers, nous avons partagé des choses qu’on ne lit pas dans les livres, le groupe était très bienveillant. J’ai vu que je pouvais encore grandir. »

Charline (2016)

« La créativité, ce petit déclic lumineux du quotidien »

« J’ai vécu ce cycle comme une thérapie accélérée tellement les prises de conscience ont été nombreuses et rapides à chaque atelier. C’est exactement ce qu’il me fallait : à la fois pour moi ces éclairages sur ma propre histoire d’enfant ; pour ma relation à chacun de mes enfants et vis à vis de la dynamique familiale.

Cela m’a entraînée sur le terrain du lâcher prise : j’ai acquis plus de souplesse, de fluidité, d’ancrage, de confiance en moi. J’ai encore besoin de gagner en tolérance vis à vis de mon aînée que je considère parfois, à tord, capable de, au regard de son âge.
Merci Catherine ! Tout cet enthousiasme, cette énorme énergie, ça m’a fait du bien.
Maintenant je comprends pourquoi la parentalité créative : oui, c’est vraiment ça, la créativité, ce petit déclic lumineux du quotidien qui entraîne la famille sur la voie de la fluidité, de la joie de vivre tout en s’écoutant et se respectant. »

Caroline (2016)

« J’ai fait évoluer mon regard sur la relation, les relations »

« Dans ces ateliers, j’ai été confortée, j’ai appris des choses, gagné en confiance en moi, en l’autre, j’ai fait évoluer mon regard sur la relation, les relations. Celle avec mon enfant mais aussi celle avec mon conjoint, mes parents, mes amis.

J’ai eu à cœur de clarifier certaines de mes inquiétudes sur la place du papa, sur ma gestion du stress dans certaines situations, sur l’écoute aussi. Lors des premiers ateliers, la co-écoute les yeux dans les yeux, m’a beaucoup touchée. Le partage de moments d’intimité avec chaque membre du groupe a été bénéfique.

Entre chaque atelier, je me suis observée avec bienveillance pour mieux comprendre mes besoins et être plus disponible. J’ai aussi appris à aimer mes « erreurs » de jeune maman pour les transformer en force. Une journée, c’est plein d’instants. Et si un moment s’est mal passé, il y a plein d’autres moments pour réajuster !

Je remercie Catherine et les autres parents du groupe pour ce qu’ils m’ont apporté, je suis en chemin et ça c’est le principal.« 

Anne (2016)

« J’y ai puisé des tonnes d’informations que je digère tranquillement »

« Ces ateliers ont généré beaucoup de questionnements personnels et de temps de dialogue à la maison.
Grâce à l’implication de tout le groupe, j’y ai puisé des tonnes d’informations que je digère tranquillement et qui me font grandir encore… pour le bonheur de ceux qui m’entourent !
Les relations sont plus posées à la maison. J’ai aimé entendre les hommes parler d’eux, de leurs ressentis si différents de nous les femmes, et de leurs expériences. Ces pères m’ont aidée à mieux connaitre mon mari.
Les temps d’introspection lors des rencontres n’étaient pas évidents au début, mais j’ai pu mieux comprendre certaines choses, et cela m’a apporté de l’apaisement avec mes enfants, mon mari.
J’ai été gênée, puis très séduite, par les temps d’écoute mutuelle : j’écoute souvent les autres, mais là, j’étais écoutée à mon tour, j’en ai senti l’action très positive en moi, c’est si bon de s’exprimer sans être jugée ni conseillée ! J’ai l’impression que ça permet de faire de l’espace pour laisser entrer la lumière.
L’exercice du dessin a été incroyable… je me suis retrouvée petite fille à ne pas vouloir dessiner comme il me l’était demandé… j’ai ressenti de la « mauvaise volonté » monter en moi, cette espèce de colère refoulée… et puis j’ai vu Catherine assise juste à côté, me regardant, lisant ma colère sur mon visage fermé et disant doucement : « tu as le droit de ne pas en avoir envie… tu as le droit d’être en colère…  » Juste ça, ça m’a libérée de 40 années de blocages ! Le pouvoir magique de l’écoute, du non-jugement, de la bienveillance pure….
Merci à Tous et merci Catherine ! »

Ben (2016)

« Je suis plus sûr de moi »

« Je me trouve plus patient, j’accepte de ne pas toujours comprendre pourquoi mes enfants font ci ou ça. J’avais tendance à dire que c’était à cause de nous… mais aujourd’hui  je ne nous auto flagelle moins, je suis plus sur de moi. Je suis plus à l’écoute de leurs besoins.

J’aimerais être plus présent pour ma famille. Mais il me faut avoir mes petits moments à moi pour être vraiment là en famille. Je culpabilise de ces moments que je prends pour moi. Mais j’en ai besoin! J’aurais encore besoin de retirer cette culpabilité… Et c’est bien de pouvoir le dire, et d’être entendu par ma compagne ici. »

Céline (2016)

« Je ressens plus d’empathie pour moi-même »

« Je me sens plus à l’écoute, et j’observe mes enfants sans intervenir forcément.

Au début des ateliers, je gérais autrement les priorités : par exemple, j’expliquais à mon enfant que quand j’étais en train de manger, je n’étais pas disponible. Mais j’ai compris qu’il a besoin de bouger, et qu’il peut avoir quelque chose d’important à vivre: alors, je m’occupe de lui s’il en a besoin, il est comblé de ces quelques minutes d’attention, et je peux me réinstaller pour manger tranquillement. J’ai mis en place la rétrospection de la journée.

Dans ce groupe, j’ai été valorisée, j’ai reçu, j’ai donné…  je ressens plus d’empathie pour moi-même. Et beaucoup plus de joie ! L’énergie remonte. »

Élodie (2016)

« Je me sens plus à l’écoute, plus en empathie »

« Je me sens plus à l’écoute, plus en empathie avec mes enfants. Pour mieux les comprendre, je les observe, je tente de trouver la source, je creuse… « est-ce qu’il s’est passé quelque chose ces derniers jours qui expliquerait ce comportement ? »… je cherche.

Vis à vis de moi-même, beaucoup de choses ont changé pendant ce cycle: ça faisait des années que je cherchais, et j’ai trouvé: toutes mes émotions pas drôles au quotidien sont reliées à mon enfance, c’est énorme !
Pourquoi je me fixais des objectifs concernant les apprentissages de mes enfants? Parce que j’ai été violentée à l’école.
Et puis j’ai gagné en confiance en moi en réalisant que ma mère faisait tout, et que je n’ai pas pu faire par moi-même.
Le groupe a été un grand soutien. Et j’ai été touchée par les émotions des autres parents, qui faisaient écho aux miennes: chacun avait son histoire et il n’était pas question de se juger. »

Séverine (2016)

« On se regarde, on se parle, on se sourit, ça fait du bien »

« Je trouve ça de plus en plus merveilleux de me mettre au niveau de mes enfants, d’apprendre d’eux en écoutant  leurs besoins.
J’étais très speed, je disais  beaucoup «  il faut faire ci, et ça ».
Aujourd’hui, je me détends : on se regarde, on se parle, on se sourit, ça fait du bien.
Nous gérons mieux les colères, elles sont moins intenses : elles montent mais descendent plus vite : exprimer comment  je me sens  m’aide à ne pas trop monter en escalade.
Mon mari m’écoute plus, comme je lui parle sans agacement.
Son rapport à la punition, à la menace, ne me convient pas mais comme je stresse moins moi-même, je peux l’aider à relativiser sur ses conventions, par exemple liées à la propreté : nos enfants peuvent s’asseoir par terre : je vois qu’ils prennent plaisir à sentir la terre, et j’aide mon mari à le supporter.
Le groupe m’a permis d’entendre le vécu et ressentis d’autres parents, et m’a aidé à pousser plus loin ma réflexion. »

Maureen (2016)

« Le groupe a été un soutien dont j’avais besoin »

« Aujourd’hui, je sais ce que je veux et ce que je ne veux pas dans la relation avec mes enfants. Et mes enfants le sentent.

Le petit était un bébé calme car nous étions débordés, mais il a trouvé de l’espace: il s’exprime plus, et c’est tant mieux !

Et quand l’aîné sent que je ne suis pas la maman que j’aimerais être, que je ne suis pas à l’aise, il me renvoie à moi : «Maman tu m’as crié dessus » : il a compris que ce n’est pas ce que je veux… On s’ajuste et c’est important pour moi.

La pratique de l’écoute que l’on a apprise dès le 1er atelier me sert partout.

En arrivant dans ce groupe, je perdais pied, j’étais dépassée par le quotidien, la reprise du boulot… et j’avais besoin de prendre du recul.

Et puis ça devenait compliqué de donner une éducation différente de celle que j’avais reçue. J’avais la sensation qu’en me détachant de l’éducation de mes parents, je me retrouvais toute seule dans un grand bain. Le groupe a été un soutien dont j’avais besoin. Il m’a donné l’énergie, la force de m’attaquer à ce problème : je n’étais pas toute seule.

C’est vraiment bien d’avoir vécu ces ateliers à ce moment-là de ma vie ! »

Aurélie (2015)

« Je me sens pleine d’outils, ressourcée, prête ! »

« D’atelier en atelier, c’était de plus en plus intéressant, enthousiasmant!

J’ai pris conscience de mes attentes, notamment vis-à-vis de mon aîné. Il ravive beaucoup mes angoisses d’enfant. Je peux vraiment lui faire confiance : je le savais…, mais là, je l’ai ressenti !

Je me sens pleine d’outils, je me sens ressourcée, je me sens prête !  C’est chouette !

J’avais tellement lu sur la parentalité positive, mais pour ces ateliers, je ne savais pas à quoi m’attendre. Je me suis centrée sur moi en tant que maman (et pas comme pro), et ça m’a reconnectée avec mes enfants. Me consacrer du temps en tant que maman m’a fait du bien ! Ce temps pour réfléchir, ça va me manquer.

Merci infiniment pour ce que tu as partagé en présence, en générosité, en sourires, en câlins, en rire… »

Émilie (2015)

« Je me sens plus apaisée, et j’apprends à communiquer autrement »

« Les ateliers  m’ont confortée dans mon choix d’éducation.

Je me sens plus apaisée, et j’apprends à communiquer autrement, avec plus de détachement. Les ateliers m’ont apporté énormément d’outils. Ici, j’ai pu décharger.

Je ne pensais pas que le passé pouvait être autant en lien avec ma parentalité.

Et j’ai expérimenté lors d’un jeu de rôle tout le bienfait pour un enfant d’être touché, câliné, protégé … Hier, j’ai su protéger mon enfant, dire stop à une agression, et mon enfant m’a regardé : il était soulagé, il s’est senti soutenu !

Merci Catherine, tu es très humaine, avec une grande capacité à ne pas nous juger, à être à l’écoute. Et ta manière si naturelle de rire, ça vient du cœur et ça fait du bien ! »

Fanny (2015)

« J’ai vu l’importance de bien s’entourer »

« Lors de ces ateliers, j’ai beaucoup plus réalisé à quel point mon passé pouvait polluer le présent de mes enfants.

C’est un travail intense qui m’a remué, et c’est très positif !

Le groupe était vraiment super : on s’est fait plein de beaux cadeaux… et j’ai vu l’importance de bien s’entourer !

Et je suis très intéressée pour poursuivre sur d’autres sujets. »

Céline (2015)

« Aujourd’hui, je sais mieux m’occuper de mes propres émotions »

« J’avais déjà mis pas mal de choses en place.

Au fil des ateliers, j’ai essayé d’être plus à mon écoute. Aujourd’hui, je sais mieux m’occuper de mes propres émotions avant de gérer celles de mes enfants, et je réagis différemment.

J’ai l’impression qu’à la maison, c’est plus calme.

Je suis arrivée avec ces problèmes à l’endormissement, ça m’affectait vraiment très fort. Maintenant, ils font encore le bazar avant le coucher, mais j’ai lâché prise, et ils arrêtent quand ils ont fini.

Et puis, j’ai réalisé peu à peu combien je suis à l’écoute de mes enfants, mais pas du tout à l’écoute de mon compagnon. »

Laure (2015)

« Les ateliers m’ont  beaucoup apporté et étaient très riche ! »

« Ces ateliers m’ont  beaucoup apporté et étaient très riche ! Ils m’ont nourrit, je me suis sentie super bien ! 

J’ai osé parler de ma maman, pour me connaitre un peu mieux. Je ne pensais pas creuser dans cette direction.

Je remarque que je sais mieux me poser auprès de mes enfants, de mon mari, je sais mieux les écouter.« 

Élodie (2015)

« Les ateliers m’ont aidée à traverser de manière positive des épreuves de la vie »

« J’ai commencé les ateliers alors que j’étais en pleine transition de vie. Période de vie difficile, j’étais isolée sans soutien amical ni familial, je me sentais fragile. J’avais besoin d’avoir du réconfort, de trouver  confiance en l’éducation que je voulais offrir à ma fille. Les ateliers, le groupe, et surtout Catherine m’ont aidée à traverser de manière positive des épreuves de la vie.

Récemment, j’ai accompagné mon enfant comme j’ai pu à l’hôpital, et je suis fière de ce que j’ai osé exprimer et demander au personnel hospitalier : J’ai gagné en confiance.

Ces moments de rencontres, d’échanges, ces sourires, cette écoute, m’ont fait du bien.

Avec mon compagnon nous avons la chance d’être sur la même longueur d’onde, nous avons donc vécu ensemble les ateliers, mais à refaire nous le ferions peut-être autrement pourquoi pas un groupe différent afin de sentir une plus grande liberté dans l’expression de mes ressentis et de mes émotions.

Les outils d’écoute nous ont été et sont d’une grande puissance avec notre fille, dans notre couple et avec notre entourage!! Merci Catherine. »

Anne (2014)

« Je découvre un nouveau monde. Je me sens plus solide. »

« J’accepte mieux mon passé, et ce que je n’ai pas reçu moi-même enfant me fait moins souffrir.

Je découvre un nouveau monde, très positif, de nouvelles portes se sont ouvertes !

J’avais déjà fait les ateliers Faber et Mazlish. Aujourd’hui, et grâce à ce groupe, je me sens plus solide et j’ai des outils pour accompagner mes enfants. Ces moments pendant lesquels nous pouvions nous exprimer librement quand nous en avions besoin, en respectant toujours le principe de base (l’écoute), m’ont fait beaucoup de bien. Nous étions vraiment acteurs, dans le « vivre ».

Il faut que je continue, et ça demande des efforts: de m’écouter, de me faire confiance et de prendre soin de mes besoins.

Il y a une suite ? »

Claire (2014)

« J’ai développé mon potentiel et gagné en confiance en moi »

« C’est énorme ce que le groupe m’a apporté ! J’avais déjà vécu les ateliers Faber et Mazlish. Mais dans ce cycle, et dès le premier atelier, le lien s’est créé, on a partagé, et on s’est soutenus alors qu’on ne se connaissait pas !

Expérimenter l’écoute a vraiment eu du sens pour moi : m’écouter moi, écouter mes enfants, mon mari, mes proches…

Je vis encore plus de joie et de complicité avec mes enfants. J’ai développé mon potentiel et gagné en confiance en moi.

Cet espace de parole a participé à ouvrir une grande porte et ça fait un bien fou ! Et j’ai les ressources pour réaliser mes rêves, avec toujours plus de créativité ! Un grand merci ! »

Christophe (2014)

« C’est bien de le vivre en couple ! »

« Ce groupe m’a apporté de l’amour et de l’humanité, et a révélé beaucoup de choses enfouies jusque-là. Il a participé à une découverte de moi, et des autres.

J’ai gagné en sérénité, en simplicité et en complicité avec mes enfants : je les écoute plus avant d’agir, et je me pose moins de questions !

C’est bien de le vivre en couple ! En partageant des choses profondes avec ma femme, je la comprends mieux maintenant. »

Sylvanie (2014)

« J’ai reçu beaucoup de soutien »

« Dans ce groupe, j’ai reçu beaucoup de soutien, les échanges étaient très riches, et on était tellement bien ensemble que c’était possible de libérer mes émotions.

Je ressens plus de gratitude pour tous les petits bonheurs du quotidien, j’apprends à prendre du temps pour moi et j’ai gagné en confiance dans la manière dont j’accompagne ma fille depuis sa naissance. »

Alexiane (2014)

« Un temps pour moi dont j’avais vraiment besoin. »

« Je ne rencontre pas de soucis avec mes 2 petites filles, mais les ateliers ont représenté un temps pour moi dont j’avais vraiment besoin. »

Coralie (2014)

« J’ai arrêté de punir mes enfants »

« J’avais déjà beaucoup lu de livres, je connaissais très bien la théorie. Mon vécu dans ce groupe a donné du sens à toute la théorie.

J’ai arrêté de punir mes enfants. Ça flotte un peu, mais je viens de créer les règles de ma famille en concertation avec les enfants, surtout l’aîné qui peut dire aujourd’hui « tu veux que je t’écoute, maman, mais écoute-moi aussi ».

La trame des ateliers est super pour nous guider subtilement vers plus de conscience, tout en respectant entièrement la parole et les apports de chacun. »

Isabelle (2014)

« Je ressens moins de culpabilité »

« Au fil des ateliers, j’ai senti un déclic et j’ai changé de l’intérieur en expérimentant, en pratiquant.

Aujourd’hui, je ressens moins de culpabilité et je suis enfin en accord avec moi-même. »

Delphine (2014)

« Des ateliers très innovants »

« J’ai animé des ateliers Faber & Mazlish et je vois dans ce « Vivre et Grandir Ensemble » des ateliers très innovants, avec des rythmes différents qui permettent de rester vraiment présent et actif (apports, travail en binômes…).

J’ai l’impression d’avoir beaucoup « appris », en expérimentant lors des ateliers. Je me suis imprégnée au fur et à mesure …

Les ateliers étaient faits de telle sorte que tous nos apports de parents avaient leur place, avec une grande liberté de parole. »

2a212f563b9e57003824ca0b740137daCCCCC